Quelques défis des entrepreneurs sénégalais

Une pénurie d’emplois au Sénégal signifie que les gens sont obligés de se débrouiller seuls pour générer leurs propres revenus. Cet « entrepreneuriat de survie » pourrait toutefois constituer une opportunité unique pour le pays s’il était utilisé comme catalyseur pour créer des PME capables de développer des activités à long terme.

 

Les obstacles rencontrés par les entrepreneurs

Il existe de nombreux obstacles à l’entreprenariat dans les pays en développement et notamment le Sénégal. Le Sénégal est un exemple remarquable à cet égard, car ses entrepreneurs doivent faire face à certaines des conditions les plus difficiles par rapport au reste du monde. Considérant le grand potentiel du continent en tant que marché émergent, il est regrettable que tant de problèmes touchent son secteur commercial. Heureusement qu’il existe des organisations comme le mouvement des entreprises du Sénégal qui est au service des TPE et PME. A travers son président Mbagnick Diop, le MEDS a pour but de défendre et promouvoir les entreprises sénégalaises locales et internationales.

Les nouvelles organisations d’entreprises en Afrique jouent un rôle important dans l’alimentation économique. La majorité des habitants tirent leurs revenus de tels emplois. Et avec le rythme actuel de la mondialisation, les opportunités de croissance abondent à une échelle inconcevable. Cependant, une majorité de propriétaires d’entreprises font face à des défis qui sont dans une large mesure exclusifs au continent. Dans cet article, nous voudrions examiner certains des défis les plus courants rencontrés par les entrepreneurs sur ce continent et les solutions possibles.

Infrastructure

Les différents types de développement économique nécessitent un cadre infrastructurel de base. De bonnes routes, une alimentation électrique constante et des installations de transport telles que des chemins de fer, des autoroutes, etc. Les petits fabricants doivent plutôt faire face à des coupures de courant constantes. Ceci à son tour endommage l’équipement et réduit la productivité. Les grandes entreprises doivent investir dans des groupes électrogènes, ce qui rend le processus de productions plus coûteux et les produits finalement moins compétitifs sur le marché.

Le financement

Les start-ups du monde entier doivent généralement faire face à des capitaux limités. Cela les oblige à obtenir un financement supplémentaire pour exécuter leurs opérations commerciales. Ce qui en fait un problème majeur au Sénégal, c’est le fait que l’accès à ce financement est limité et que le prix est lourd.

En Afrique, les institutions financières n’ont pas suivi le nombre croissant de petites entreprises sur le continent. La base des fonds pour financer ces startups est donc restée stagnante, limitant le nombre d’entreprises pouvant accéder. Dans le même temps, la plupart des opérations de petites entreprises n’ont pas de plan d’entreprise ni d’autres documents requis pour le financement. Cela rend les prêteurs hésitants à avancer les fonds, car les emprunteurs restent extrêmement informels et donc à haut risque. Les exploitants d’entreprises souffrent parfois aussi en silence, car ils ne connaissent pas les options de financement à leur disposition. Certains ne sont pas au courant des institutions de microfinance qui seraient plus disposées à s’associer avec elles que les banques.